Alors que l’influence des marques de luxe ne cesse de croître et que leurs défilés, nouvelles collections et engagements sont minutieusement décortiqués et commentés, la différenciation est devenu un élément stratégique majeur et l’image de marque un enjeu fort. Ce qui forge l’identité d’une marque c’est son histoire – comment a-t-elle réussi à en arriver jusque là ? – son créateur, ses produits mais également ses codes, signatures et couleur emblématique. 

En effet, certaines Maisons ont fondé leur stratégie de marque autour d’une couleur – souvent brevetée – permettant une identification quasi-immédiate de la part des consommateurs mais obligeant également les entreprises à créer à l’infini des produits suivants le même code couleur. 

Voici un panorama des couleurs clés de l’univers du luxe : 

Le bleu Tiffany & Co.

Depuis plus de 180 ans, le bleu n°1837 du Pantone Matching System est associé à Tiffany & Co. À l’origine, ce bleu/vert proche du turquoise avait été choisi pour le Blue Book, le catalogue de vente de sa collection de bijoux à venir. Finalement, la marque de joaillerie créée en 1847 à New York a décidé de conserver cette couleur et de fonder sa stratégie de marque autour d’elle, persuadée de la facilité de son identification. Dans le New York Sun en 1906, on pouvait déjà lire :

Tiffany possède dans son magasin une chose qu’il refusera de vous vendre, qu’importe la somme d’argent que vous pourrez lui proposer. Cette chose, et il insistera pour vous l’offrir, est l’une de ses boîtes.

Le orange Hermès.

À ses débuts, Hermès avait opté pour une couleur proche de celle d’un cuir naturel avec des emballages en simili cuir beige fermés par du Bolduc Marron. S’ensuit alors la seconde guerre mondiale et une pénurie de pigments suite au rationnement. Hermès ne peut alors plus se fournir du cuir marron et opte donc pour la seule couleur encore en stock : le orange. Cette couleur deviendra officiellement la couleur Hermès dans les années 1960, symbole de dynamisme. Aujourd’hui, la couleur Hermès est surement devenue l’une des plus reconnues dans le monde du luxe ; les boîtes en carton et sacs en papier orange de la marque se revendent même vides.  

Le gris Dior.

Le gris était l’une des nuances fétiches de Mr Christian Dior et la couleur choisie pour la décoration de la boutique du 20 avenue Montaigne en 1946. La couleur brevetée a même donné lieu en 2013 au lancement d’un parfum baptisé « Gris Montaigne » en hommage au créateur. Selon Christian Dior, « le gris est la plus pratique et la plus élégante des couleurs neutres. C’est aussi la couleur idéale pour celles qui partagent leur temps entre la ville et la campagne ».

Le rouge Valentino.

À la fin des années 1960, et dans le cadre de sa toute première collection, Valentino a choisi de se distinguer en utilisant un rouge vif qui deviendra la signature de la Maison. Ce rouge puissant, proche du coquelicot symbolise à la fois la passion et l’amour, deux thèmes chers au coeur de Valentino Garavani, fondateur de la Maison Valentino en 1959. 

J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone : alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oubliée. Elle est devenue la déesse rouge.

VALENTINO GARAVANI

En 2000, la Maison fondée à Rome a décidé de mettre à l’honneur sa couleur iconique à travers un ouvrage baptisé « Il Libro Rosso di Valentino » et composé de 40 photographies de femmes vêtues des plus belles robes rouges Valentino. 

Retrouvez ici un article exclusif sur la résilience forte de l’horlogerie et de la joaillerie à la pandémie.