Certaines publicités parfum n’ont de la publicité que le nom, et c’est pour cela qu’elles valent véritablement le détour et marquent toute une génération. En effet, grâce à une esthétique ultra-sophistiquée, à des égéries mythiques, à une musique envoutante ou encore à un teasing de longue haleine, ces publicités parfum restent aujourd’hui dans l’esprit de beaucoup d’entre nous et continuent d’incarner un parfum devenu mythique.

Voici un panorama des publicités parfum les plus marquantes qui ont fait la renommée d’une Maison. 

Loulou – Cacharel, 1987

« Loulou ? Oui, c’est moi », cette mythique réplique de l’actrice Louise Brooks dans le film Loulou sorti en 1929 est au coeur de la première publicité du parfum Loulou de Cacharel en 1987. Le flacon de ce parfum alliant gourmandise, sensualité et séduction rappelle la forme de la lampe d’Aladin. Le parfum, quant à lui, est une incarnation olfactive de l’héroïne mystérieuse qu’était Loulou, séductrice, insouciante, mais pas innocente.

Égoiste – Chanel, 1990

Récompensé par un Lion d’Or en 1990 et réalisé par Jean-Paul Goude, ce spot publicitaire commence en noir et blanc. Des femmes en robes de haute couture crient leur colère au balcon de leur palace envers un homme en contrebas. Le film passe finalement en couleur lorsque la main d’un homme pose sur la balustrade du balcon, le flacon de la nouvelle fragrance. 

Coco, Vanessa Paradis – Chanel, 1991

Parmi les publicités parfum les plus mythiques, on retrouve sans aucun doute celle de Chanel en 1991. À l’abri des regards indiscrets, dans un immense hangar près de Paris, Jean-Paul Goude réalisa la nouvelle publicité de « Coco ». 5 ans après « Joe le taxi », c’est Vanessa Paradis qui devient égérie Chanel pour cet iconique parfum. Elle incarne ainsi dans une élégante combinaison sertie de plumes noires, un oiseau se balançant sur un perchoir au sein d’une immense cage dorée de 15 mètres de haut sous l’oeil d’un chat angora majestueux.

N°5, Audrey Tautou – Chanel, 2009

Pour cette nouvelle publicité baptisée « Train de Nuit », Jean-Pierre Jeunet a choisit Audrey Tautou, avais qui il a déjà collaboré auparavant. Dans ce court-métrage a l’esthétique ultra-sophistiquée et au budget colossal, une jeune femme rencontre un mystérieux inconnu dans l’Orient Express, qui après un coup de foudre réciproque ne cessent de se croiser pour enfin se retrouver grâce à l’alchimie de N°5 sur le port d’Istanbul.

J’Adore, Charlize Theron – Dior, 2011

Après le bain d’or de Carmen Kaas en 1999, Dior a choisit Charlize Theron et le Château de Versailles en l’honneur de son parfum J’Adore. Dans ce film publicitaire, la mannequin, pressée, monte les escaliers du château en talons aiguille, pantalon et veste. Elle traverse ensuite l’arrière de la scène et rejoins les coulisses où se côtoient maquilleurs, coiffeurs et stars d’un autre temps telles que Marlène Dietrich, Grace Kelly et Marilyn Monroe, symboles de sensualité, élégance et sophistication. Charlize Theron se pare finalement d’un superbe collier et d’une robe doré moulante avant de défilé dans la mythique Galerie des Glaces du Château de Versailles. 

La légende de Shalimar – Guerlain, 2013

Pour rendre hommage à Shalimar, parfum créé en 1925, Guerlain mena en 2013 une campagne publicitaire aux allures de court-métrage. Ainsi, Natalia Vodianova, égérie de la marque, incarne Mumtaz, épouse de l’empereur mogol Cha Jahan qui, en 1628, épris d’un amour inconditionnel pour sa femme décida de la mettre à l’abri dans un palais loin de al ville, bordé de jardins fascinants baptisés Les Jardins de Shalimar. Dans un univers mythique et romanesque, l’empereur parcourt alors tout le pays à cheval pour la retrouver. Cette campagne marque alors un tournant fort pour Guerlain qui met en avant la légende de cette histoire d’amour à l’origine de la création du parfum ainsi que la légende du parfum en tant que première fragrance aux senteurs orientales.

N°5, Gisèle Bundchen – Chanel, 2014

En 2014, alors égérie maquillage de la Maison Chanel, Gisèle Bundchen devient le nouveau visage de N°5, fragrance iconique créée en 1921, à travers une publicité qui n’a rien à envier aux grandes productions hollywoodiennes. Réalisé par l’australien Baz Luhram, le spot met donc en scène la mannequin faisant du surf, jouant avec une petite fille, posant lors d’un shooting toute de Chanel vêtue et courant dans les rues de New York pour rejoindre un club de jazz et celui qu’elle aime. Ainsi, avec cette mise en scène, la Maison aux doubles « C » donne une image de la Femme Chanel ; moderne, active, sportive, romantique et investie dans sa vie de famille. 

Retrouvez ici les silhouettes vaporeuses de la collection Été de Saint Laurent.